Info

Démarche

Que ce soit par l’action ou l’observation, je suis entièrement engagée dans un processus de transformation qui lie ma pensée à mes gestes, à la matière que je travaille et aux œuvres qui en résultent. Ainsi, je cherche à mettre en lumière l’étroite relation qui existe entre le corps du céramiste et celui de la terre et je propose une réflexion : à savoir comment la répétition et la récursivité des actes propres au travail de la céramique contribuent au développement de la connaissance de l’activité créatrice dans le contexte des arts visuels. Ce travail de recherche prend la forme d’une exploration poïétique qui a débuté en 2015 par une séance photographique à l’aide de mon téléphone portable, ayant pour sujet mon pétrissage de l’argile. Depuis ce temps, mes méthodes et moyens d’exploration se sont développés pour y incorporer la performance — une forme d’expression que je n’avais jusqu’alors jamais étudiée — et où chacun de mes gestes, de mes objets de céramique et de mes outils de potiers a participé à l’émergence d’un nouveau langage.

Entre ces deux pôles, j’explore l’univers sonore et visuel de mon atelier afin d’étudier les phénomènes visibles ou audibles qui éveillent ma curiosité. Pour entreprendre cette recherche, je me laisse guider par la curiosité et je mets de côté mes habitudes, afin de créer des œuvres qui témoignent d’un état plutôt que d’un aboutissement. Motivées par une volonté de « faire moins », et d’accueillir le silence qui règne entre les sons et les images, ces expérimentations témoignent de ma compréhension du monde dans lequel j’évolue. Ces expérimentations s’adressent à ceux qui ont à cœur d’approfondir le discours sur les rapports entre le corps de l’artiste et la matérialité, ou bien qui exercent un métier comme le mien, où l’activité créatrice est étroitement reliée aux gestes appliqués sur la matière.